Des chiens de la Briqueterie dans un parc naturel | Dogzine

Des chiens de la Briqueterie dans un parc naturel

loslaten

En mai l'an dernier 119 animaux avaient été confisqués à la Briqueterie : des chiens-loups de Saarloos et tchécoslovaques et des croisements entre ces deux races. La Briqueterie est un élevage situé dans les Ardennes françaises exploité par la juge Cornelia Keizer. Les chiens n'ont pas été à proprement parler confisqués dans la mesure où Keizer, contrainte par les circonstances, a décidé à la dernière minute d'abandonner volontairement les animaux. L'affaire a suscité un grand émoi dans toute la communauté du Saarloos, particulièrement du fait que les chiens se sont révélés avoir été victimes de toutes sortes de négligences de la part de l'éleveuse controversée. Les animaux vivaient dans de très mauvaises conditions, la plupart d'entre eux étant sous-alimentés et très peu socialisés, un sujet déjà couvert par Dogzine par le passé.

Une fois les animaux emmenés par la Cellule Anti Trafic, l'ensemble des 119 chiens ont été placés dans plusieurs refuges sous les auspices de la SPA. Cette opération a nécessité deux jours entiers.
Une action en justice a été entreprise contre Keizer et l'éleveuse a été condamnée à 4 mois de prison. Keizer a fait appel, et le jugement de cet appel n'a pas encore eu lieu. Mais il y a du nouveau à propos des 119 chiens : à part 19 d'entre eux, tous ont trouvé un nouveau et meilleur foyer.

Dix des chiens étaient tellement sauvages qu'une vie de famille était par avance totalement vouée à l'échec. Malgré tous les efforts des volontaires et des experts dans les SPA, il s'est révélé impossible de faire de ces animaux des chiens domestiques. Une très bonne solution a été trouvée pour ces dix animaux qui ont été acclimatés en tant que meute dans un parc naturel où ils pourront redevenir "loups" et où ils disposent d'un large espace de vie. Les animaux ont été stérilisés de sorte que la meute ne se développera pas. La vidéo de la SPA ci-dessous montre la vie actuelle des animaux et le moment de leur "libération".

Mais cela n'a pas non plus été facile pour les près de 90 autres chiens non plus. Un long processus de socialisation par des volontaires, des experts en comportement et des vétérinaires a été nécessaire pour familiariser les animaux avec leur environnement et avec les gens. "Les chiens loups tchèques et de Saarloos étant des chiens de base craintifs, ceux-ci l’étaient encore plus et avaient des problèmes de comportements assez lourds. Certains n’avaient même jamais vu de l’herbe" explique Julien Soubiron, responsable de la Cellule Anti Trafic.


 


Malgré tout, après une sélection très stricte des nouveaux propriétaires, ce sont près de 90 chiens qui vivent maintenant tous dans un foyer ordinaire. Les gens qui ont adopté un de ces animaux ont fait l'objet d'une sélection stricte, et dans certains cas les adoptions ont été refusées quand les candidats n'avaient pas le profil souhaité.

Pour les nouveaux propriétaires retenus le parcours était ardu. L'un des nouveaux adoptants s'est rendu 50 fois au refuge en quatre mois pour donner peu à peu confiance au chien. Depuis le 19 octobre le chien est maintenant à la maison chez le nouveau propriétaire. "Elle continue de progresser petit à petit. Liskafox avait 6 mois quand elle a été récupérée par la SPA. Elle a découvert les objets courant d'une maison pour la première fois à presque un an..." (voir vidéo ci-dessus)

Il reste environ 19 chiens dans les refuges dont la re-socialisation n'est (toujours) pas terminée.

Ceci n'est qu'une partie de ce tout qui se passe autour de La Briqueterie. A suivre.

Wellicht ook interessant

saarloos

Une éleveuse de Saarloos condamnée à 4 mois de prison

Un tribunal français a condamné l'éleveuse néerlandaise et juge Cornelia Keizer à 4 mois de prison.

een van de honden

Le drame de La Briqueterie

“Elle est une célébrité dans le monde du Saarloos, et une figure de la cynophilie française et européenne.

loslaten

Des chiens de la Briqueterie dans un parc naturel

En mai l'an dernier 119 animaux avaient été confisqués à la Briqueterie : des chiens-loups de Saarloos et tchécoslovaques et des croisements entre ces deux races.